Tendre vers une production de qualité territoriale en accompagnant les acteurs du territoire aux changements de pratiques dans une démarche agroécologique

Vers où voulons nous aller ? 

Seule une prise en compte conjointe des attentes des citoyens-consommateurs et des contraintes de production des agriculteurs permettra de construire un projet agricole qui fédère, notamment par la mise en place et la valorisation de productions de qualité de territoire avec une identité locale. 

Dans le cadre de la création de filières de qualité, nous accompagnons la production afin de : 

  • soutenir la valeur ajoutée pour les agriculteurs 
  • garantir une agriculture durable et une production de qualité pour l’ensemble des acteurs du territoire et des consommateurs 

Comment s’y prend on ? 

Pour engager les acteurs agricoles dans des changements de pratiques majeurs, il est nécessaire d’une part de renforcer un conseil adapté et dynamique à destination des agriculteurs, d’autre part de travailler avec les partenaires du développement sur l’évolution des modèles économiques régionaux et la structuration de filières régionales qui permettent de créer de la valeur ajoutée sur l’ensemble de la chaîne de production. 

L’application concrète des principes de l’agroécologie passe par la conception et la mise en place de techniques, pratiques ou systèmes agricoles adaptés au contexte local, c’est-à-dire en tenant compte des contraintes et opportunités du territoire. Nous cherchons donc à répondre à une vision de la qualité territoriale, co-construite par les usagers et acteurs du territoire selon les enjeux locaux et en prenant en compte les politiques publiques. 

Et concrètement ? 

Dans les projets liés à l’agroécologie, nous entendons mettre en œuvre un service au territoire dans toutes ses composantes, au travers des missions d’expérimentation d’animation et de formation. 

Identifier les besoins

L’identification des besoins d’accompagnement des structures ainsi que du territoire est réalisée systématiquement pour monter un plan d’actions. Ce plan allie démonstration, animation, formation afin de construire avec la structure de développement son offre de services qui répond aux attentes des agriculteurs et aux enjeux multiples du territoire.

Expérimenter et Animer

Il est nécessaire d’expérimenter des techniques alternatives en rupture avec les systèmes actuels, co-construites avec les acteurs du territoire, prioritairement les agriculteurs et les conseillers, et répondant aux enjeux locaux. L’idée est de s’appuyer sur les références techniques existantes issues des instituts techniques et de la recherche etc., et de faciliter leur intégration dans les exploitations agricoles.  Pour cela, deux types d’expérimentations doivent être mis en place en parallèle : 

  • les essais analytiques par thématiques, testant les pratiques alternatives mobilisables sur un territoire  
  • des démonstrations chez les agriculteurs, adaptées au parc matériel et à l’organisation de l’exploitation.   

Dans ces essais, les conseillers et les agriculteurs sont associés dans la réflexion et la mise en œuvre (démarche active). L’ensemble de l’expérimentation est destiné aux acteurs de terrain. 

Le choix des thématiques de travail sont à la fois liées aux enjeux des territoires (qualité de l’eau, réduction d’utilisation des produits phytosanitaires, préservation de la biodiversité etc.) et des attentes des agriculteurs.   

Les thématiques de la Plateforme s’articule autour de 5 grands axes.

>> Voir les 5 axes thématiques de travail >>

Carte des interventions

Accompagner et Formaliser

A l’heure actuelle, l’un des freins important liés au changement des pratiques est le transfert, non plus à l’échelle de l’exploitation mais au niveau d’un territoire.

Il est difficile d’imaginer un temps de conseiller et de formateur par agriculteur. Il est donc nécessaire de travailler sur l’ergonomie du processus de transfert prenant en compte une communication adaptée aux différents acteurs du territoire ainsi que la mise en œuvre d’outils adéquats.

Les organismes de conseil ont un rôle majeur dans la diffusion du changement de pratiques. Par conséquent, la réflexion doit porter sur un nouveau modèle économique des structures de conseil, c’est-à-dire construire un chiffre d’affaire sur la valorisation des nouvelles pratiques.

De plus, tous les acteurs partie prenante doivent travailler ensemble afin de construire un modèle structuré et viable visant le maintien voire l’augmentation de la valeur ajoutée pour chaque maillon de la chaine de production. 

La recherche de la valeur ajoutée et d’un meilleur positionnement sur les marchés se traduit par : 

  • Le développement de filières de diversification et de qualité 
  • La mise en place d’un conseil de qualité sur les exploitations c’est-à-dire spécifique aux besoins et avec des garanties de résultat en termes de valeur ajoutée pour l’exploitant 
  • Le développement d’outils commercialisables

La Plateforme vient en appui des structures sur différents axes de travail : 

  • Identification des axes prioritaires (thématiques de travail, choix des outils, commercialisation du conseil) 
  • Construction de la stratégie de communication auprès des équipes et des agriculteurs (supports de communication, méthode) 
  • Test de l’offre sur un groupe témoin avec feedbacks 
  • Déploiement de l’offre de service réajustée avec accompagnement des équipes terrain par la formation et l’animation 

FORMER

Il y a nécessité d’être innovant dans les processus d’acquisition des compétences. La formation des (futurs) conseillers et des (futurs) agriculteurs doit permettre de sécuriser un changement de pratiques dans les exploitations. Pour cela il est nécessaire d’alterner des phases d’apport théorique (intégrant des références locales) et des phases d’échange entre les apprenants.

La Formation initiale

La sensibilisation aux pratiques alternatives des futurs acteurs du territoire passe par l’implication des apprenants dans des projets pédagogiques pluridisciplinaires en lien direct avec les professionnels. L’étudiant doit être acteur de sa formation et être en capacité de proposer des solutions cohérentes avec les enjeux du territoire. Les étudiants de BTS APV2 sont en charge, en lien avec l’équipe de la PFAE et de la mise en place des protocoles.

La Formation continue

La formation continue et la formation initiale doivent garantir l’insertion professionnelle des acteurs et futurs acteurs. C’est par une adaptation constante des outils en lien avec une connaissance fine des territoires et du monde professionnel que nous les accompagnons à répondre aux enjeux actuels et de demain.

L’évolution de nos services passe par une recherche d’innovation à la fois aux plans pédagogique, technique, organisationnel et fonctionnel, où la valorisation des apprenants et de la communauté éducative et pédagogique est essentielle.

L’agroécologie doit être un socle pour l’émergence de projets visant à :  

  • inscrire des projets pédagogiques pluridisciplinaires en lien direct avec les professionnels
  • favoriser les échanges et la collaboration au sein de l’EPLEFPA (ex. transfert d’outils et méthodes)
  • favoriser les échanges et la collaboration entre l’EPLEFPA et les acteurs du territoire
  • favoriser la mise en pratique des méthodes et outils par les usagers ou apprenants pour une meilleure appropriation des savoirs et savoir-faire pratiques